Crève camarade, ta vie n’a aucune valeur boursière !

Quand le marché de la santé va… Tout va !

Les cancérologues et autres spécialistes en recherches médicales et « futurologiques » nous annoncent tranquillement qu’il faut s’attendre au doublement du nombre de cancers d’ici 2030. Fort bien.

Précisons toutefois que cette déclaration ne tient pas compte du cataclysme atomique de Fukushima pour lequel les données, en perpétuelle évolution sont incommensurables. Et pour ce qui concerne les maladies de Parkinson, Alzheimer et autres dégénérescences, les chiffres, selon les sources, apparaissent sérieusement contradictoires…

En tout état de cause, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes puisque la SCIENCE poursuit son ascension exponentielle et que la RECHERCHE trouvera dès demain la pierre philosophale.

Évidemment, si vous posez des questions précises sur les causes réelles de cette prolifération de cancers à ces mêmes expertocrates très scientifiquement et pécuniairement intéressés, les réponses se font plus nébuleuses. La Science ne se risque pas sur ce terrain.

Ces causes, dans le désordre, s’énoncent simplement par le premier quidam

Pollutions industrielles : amiante, PCB .dioxines…

Alimentation issue de l’agriculture industrielle et traitement des denrées tout au long de la chaine par l’agro-industrie.

Radionucléides, radio-toxiques et autres radio-éléments relâchés dans l’atmosphère

Excès de normes hygiénistes, d’ingestion d’antibiotiques avec apparition de maladies nosocomiales, de bactéries et de virus hyper-super-extra résistants-mutants…

Sans omettre les traitement médicamenteux et l’abus des radiothérapies et radio-détection ainsi que la mise sur le marché de molécules pharmaceutiques de synthèse directement cancérigènes.

Si la Recherche investissait le centième des sommes inimaginables dépensées en dépôts de brevets, lobbies, communication, délires techno-scientistes et para-militaires, campagnes de vaccination bidons, si elle se contentait de pointer les causes de toutes ces maladies dénommées « nouvelles », les populations pourraient jouir d’une toute autre santé.

Les Laboratoires pharmaceutiques, les cliniques pour clientèle fortunée, les banques, mutuelles et assurances assisteraient impuissants à une sérieuse baisse de leurs profits.

Cela serait inacceptable pour les ploutocrates.

Affirmer « demain la sciences guérira tout » en rackettant le consommateur comme le contribuable, en empoisonnant les populations tout en se faisant rembourser par la Sécurité sociale – n’est-ce pas Monsieur Servier ? -voilà qui est rentable.

Crève camarade, ta maladie a une haute valeur en recherche et développement dans la bulle spéculative.

Alain

 

Algérie : One blog away |
eric fevrier cantonales 2011 |
Le Blog de "l'Africain" |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | tropcesttrop
| LA PHILOSOPHIE (POLITIQUE) ...
| Le défi démo-cratique en Al...