Fukushima – l’info passe par le décodage de l’intox

L’usine de « décontamination » des eaux de Fukushima a du être arrêtée vendredi 16/06, cinq heures après sa mise en route. ( Procédé expérimental Areva et Kurion )

Motif : niveau de radiation en césium incompatible avec les matériaux utilisés.

Dans quel délai, cette «  usine » sera t-elle à nouveau opérationnelle? Pas de réponse.
Quelques 100.000 tonnes d’eau hautement radioactive se sont accumulées dans les bâtiments des réacteurs et des turbines. Aujourd’hui, il faut injecter environ 500 tonnes d’eau quotidiennement, dont une partie s’accumule dans les installations.

Les différentes agences de presse à travers le monde s’accordent sur le chiffre de 1200 tonnes d’eau par jour pour les capacités de traitement des installations Areva, Kurion, Véolia Water et Hitachi.

La radioactivité sera alors divisée par un facteur variant 1000 à 10 000. Mais sur quels radio-éléments ces chiffres nous sont données? Rien, silence absolu !

Grâce à cette usine qui « décontamine », Tepco doit réussir à réutiliser l’eau et les boues radioactives dans les circuits de refroidissement… à condition que ceux ci soient rétablis ! Quand ?

Autre mystère. Comment Areva et Kurion traiteront-ils les boues concentrant, hypper-concentrant la radioactivité dans ces opérations ?

La propagande nucléariste poursuit son offensive sans tenir compte des échecs à répétition des solutions technologiques expérimentées. Nous n’avons qu’une certitude : à mesure que les niveaux de complexité augmentent, s’accroissent les périls des accidents qu’ils engendrent.

Mais avons nous le droit de parler d’ « accident » alors que l’enjeu concerne des milliers de vies humaines ?

Alain

Algérie : One blog away |
eric fevrier cantonales 2011 |
Le Blog de "l'Africain" |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | tropcesttrop
| LA PHILOSOPHIE (POLITIQUE) ...
| Le défi démo-cratique en Al...