François Chesnais à Forcalquier nous parlera des « dettes illégitimes »

 Mardi 12 juillet à 18h – Forcalquier

Salut à tous !

François Chesnais, économiste universitaire est dans la région. Il vient de publier : « les dettes illégitimes » quand les banques font main basse sur les politiques publiques.

Compte tenu d’une actualité brûlante, Grèce, Portugal, USA … ses amis ont décidé d’organiser une soirée d’information et de débats ouverte à tous, le mardi 12 juillet à 18h aux « Quatre Reines » à Forcalquier. Adresse : 3 avenue des Quatres Reines. C’est à droite dans le virage en direction de Mane, après les remparts.

Ce sera l’occasion de se pencher avec un excellent spécialiste sur cette question qui hante toutes nos réunions et qui contamine tous les sujets : La crise !

20110706dettesillgitimesfchesnais.jpg

Cette soirée conviviale se terminera par le verre de l’amitié et un repas tiré du sac qui permettra de prolonger les échanges …

L’exergue de son livre :

 » L’endettement des gouvernements est aujourd’hui une arme pour imposer les réformes propres au capitalisme libéralisé, financiarisé et mondialisé. Un document du FMI de novembre 2010 l’énonce sans détour : « les pressions des marchés pourraient réussir là où les autres approches ont échoué ». Comme le montre dans ce livre François Chesnais, économiste, militant et spécialiste reconnu de la globalisation financière et de ses effets, il faut prendre cet avertissement très au sérieux. Avec la crise financière, le piège de la dette publique se referme : l’impôt qui pèse principalement sur les revenus du travail assure le service de la dette et réalise, au-delà de toutes les espérances du capital, un transfert gigantesque de richesses vers les banques et les fonds de placement financiers aux dépens des salariés.

voir http://cric04.unblog.fr/2011/06/22/les-dettes-illegitimes/

Présentation de l’éditeur :

De nombreux pays européens : la Grèce, le Portugal, l’Irlande, l’Espagne, voire la France, auraient, nous dit-on, vécu « au-dessus de leurs moyens ».

Parce qu’ils ne taxent pas la fortune et le capital et qu’ils ne luttent pas contre l’évasion fiscale vers les paradis fiscaux, les gouvernements se sont effectivement lourdement endettés auprès des fonds de placement étrangers, mais aussi des banques européennes. Celles-ci ont des bilans fragiles. Elles ont créé trop de crédit par rapport à leurs dépôts et fonds propres. Elles ont été sauvées à l’automne 2008.

http://ludovicfiaschi@gmail.com

Algérie : One blog away |
eric fevrier cantonales 2011 |
Le Blog de "l'Africain" |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | tropcesttrop
| LA PHILOSOPHIE (POLITIQUE) ...
| Le défi démo-cratique en Al...