Slovénie : massif refus d’une contre réforme des retraites

Quand les populations s’expriment, c’est à dire quand un minimum de respect des conditions effectives de la démocratie réussissent à se maintenir, la « gouvernance » des expertocrates s’en trouve toute déconfite…

La Slovénie, petit pays de deux millions d’habitants, est le seul membre de l’ex-République fédérative de Yougoslavie à être adhérent de l’UE (depuis 2004) et de la zone euro (depuis 2007).

La Slovénie, ex-élève modèle parmi les anciens pays communistes nouvellement adhérents de l’Union européenne (UE), est durement touchée par la crise économique et financière de 2008/2009 avec un quasi-doublement du chômage en trois ans. Et la dette publique est passée de 22,5% à 43,3% du Produit intérieur brut (PIB). La Slovénie risque maintenant de partager le sort des pays contraints d’appeler à l’aide l’UE et le Fonds monétaire international (FMI), la Grèce, l’Irlande et le Portugal. Et la réaction des agences de notation est attendue avec inquiétude à Ljubljana.

Les électeurs slovènes ont massivement rejeté à plus de 70%, une réforme portant de 63 à 65 ans l’âge légal de la retraite.

Le « non » l’a aussi très largement emporté, avec également plus de 70%, dans deux autres référendums, l’un sur un projet de loi gouvernemental sanctionnant le travail au noir et l’autre restreignant l’accès aux archives de la période communiste des services secrets.

Algérie : One blog away |
eric fevrier cantonales 2011 |
Le Blog de "l'Africain" |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | tropcesttrop
| LA PHILOSOPHIE (POLITIQUE) ...
| Le défi démo-cratique en Al...