DETTE – La Grèce se doit de faire défaut

Résumé de l’article du 14 Septembre sur

http://www.bloomberg.com/

La Grèce devrait faire défaut sur ​​ses obligations afin d’arrêter la détérioration de son économie, a déclaré Mario Blejer, ancien conseiller de la banque Anglaise Mervyn King de 2003 à 2008, ex conseiller auprès du gouverneur de la Banque d’Angleterre. Mario Blejer a pris les rênes de la banque centrale d’Argentine après le défaut de paiement sur ​​95 milliards de dollars.

“Les Programmes de sauvetage soutenus par le Fonds monétaire international et la Banque centrale européenne vont créer une récession et étouffer la croissance” a t-il précisé.
Ces déclarations de Blejer s’inscrivent en faux contre celles d’ Angela Merkel , qui a dit que les risques de contagion à partir d’un défaut grec sont trop gros et qu’ une «insolvabilité incontrôlée » viendrait encore contribuer à la turbulence des marchés mondiaux.
Les Responsables de la coalition allemande ont intensifié leurs critiques de la Grèce la semaine dernière après qu’une délégation de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI a suspendu un rapport sur les progrès réalisés à Athènes

Pour Mario Blejer, 63 ans, “c’est totalement ridicule ce qui se passe, si vous supposez que ces pays appliquent tout ce qui est dans le programme, avec l’ensemble des ajustements et des privatisations, à la fin de 2012 la dette aura encore augmenté”.

Il en coûte une somme record de 5,8 millions par an pour assurer les 10 millions de dollars de la dette de la Grèce, et ce pendant cinq ans, en utilisant les credit-default swaps. Cette somme a été ramenée à 5,5 millions $ le 9 septembre, selon l’AMC.

Blejer n’a pas préconisé que la Grèce quitte la zone euro, ce qui selon lui serait « très compliqué » geste qui forcerait une réécriture des contrats d’affaires et pousserait les créanciers vers la faillite. “L’Allemagne et la France auront à supporter le poids des efforts de financement pour aider la Grèce et d’autres pays qui feront défaut afin de relancer leurs économies,” at-il dit.

Quelqu’un va payer

« Quelqu’un va devoir payer », a déclaré Blejer, qui est aujourd’hui vice-président de la banque hypothécaire Banco Hipotecario SA (BHIP) et membre du conseil de la société d’énergie YPF SA. (YPFD) « Si les pays de la zone euro ne sont pas prêts à payer pour l’euro, ils devront en sortir. »

Blejer a pris les rênes de la banque centrale d’Argentine pendant cinq mois à compter de Janvier 2002, lorsque le pays a été ébranlé par les effets du plus grand défaut de la dette souveraine de l’histoire
Pour aider à stabiliser la monnaie après la dévaluation, Blejer a créé des obligations à court terme qui ont été payées à un taux d’intérêt annuel allant jusqu’à 140 pour cent.

L’économie de l’Argentine a regressé de 10,9 pour cent en 2002 avant de connaître neuf ans de croissance, aidée par la hausse des prix des matières premières et une expansion dans les pays voisins et au Brésil.
Blejer a quitté la banque centrale en Juin 2002, après des différends avec le ministre de l’Economie Roberto Lavagna sur la levée des restrictions sur le retrait des dépôts bancaires .

Algérie : One blog away |
eric fevrier cantonales 2011 |
Le Blog de "l'Africain" |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | tropcesttrop
| LA PHILOSOPHIE (POLITIQUE) ...
| Le défi démo-cratique en Al...