Les négociations secrètes de l’Elysée pour blanchir le bras droit de Kadhafi

On apprend par communiqué de presse de l’Elysée que Sarkozy n’a rien à voir avec l’affaire Karachi, rien à voir avec le financement de la campagne de Balladur.

Vraiment guère fidèle en amitié le Sarko. Après avoir trahi Pasqua, Chirac, Kadhafi et tant d’autres voilà qu’il laisse tomber ses vieux amis de trente ans.
20110922sarkokadhafi.jpg

Demain il va sans doute nous sortir qu’il est tout à fait étranger aux faits et gestes de Gaubert et Bazire, deux personnages clef, qui lui ont permis – avec Hortefeux et Guéant, de devenir, pour notre plus grand malheur, ce qu’il est devenu.

Les documents Takieddine

Extraits d’un article du 22 Juillet 2011 de Fabrice Arsi et Karl Lask

http://www.mediapart.fr/journal/international/220711/les-documents-takieddine-les-negociations-secretes-de-lelysee-pour-blan

Intro :

” Le marchand d’armes Ziad Takieddine, principal suspect dans le volet financier de l’affaire Karachi, a été l’émissaire secret de Nicolas Sarkozy et de Claude Guéant en Libye, de 2005 jusqu’en 2009, à une époque où, loin de la fureur de la guerre, l’heure était à la lune de miel avec le dictateur libyen. Dans l’ombre, c’est Ziad Takieddine qui a transmis les conditions posées par Mouhamar Kadhafi, négocié plusieurs contrats d’armement et de pétrole, tout en posant, en 2007, les bases de la libération des infirmières bulgares et de la très controversée visite du leader libyen en France. “

Surtout, selon des documents recueillis par Mediapart, l’équipe de Nicolas Sarkozy a tout fait, par l’intermédiaire du même Takieddine, pour répondre favorablement à l’une des premières exigences du régime: sauver la mise judiciaire d’Abdallah Senoussi, patron des services spéciaux libyens et beau-frère de Kadhafi, condamné le 10 mars 1999 à une peine de perpétuité en France dans l’affaire de l’attentat contre le DC10 d’UTA et visé depuis lors par un mandat d’arrêt international.

Une note «confidentielle» de Ziad Takieddine fait même état d’une réunion le 16 mai 2009 avec Claude Guéant, alors secrétaire général de l’Elysée, durant laquelle a été évoqué le fait de «demander au procureur général de mettre le mandat d’arrêt “de côté”».”

ABONNEZ – VOUS A MEDIAPART

Algérie : One blog away |
eric fevrier cantonales 2011 |
Le Blog de "l'Africain" |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | tropcesttrop
| LA PHILOSOPHIE (POLITIQUE) ...
| Le défi démo-cratique en Al...