Les permis de gaz de schiste abrogés, « désamorçage » politique

Les permis de gaz de schiste abrogés, « désamorçage » politique

copié collé Métro  

Le gouvernement a annoncé l’abrogation des permis du sud de la France avant la venue de Nicolas Sarkozy dans le Gard

Nouvel épisode dans le feuilleton des gaz de schiste : le gouvernement a abrogé les trois permis de recherche qui avaient mis le feu aux poudres au printemps dernier. Les autorisations données à Nant (détenu par la société Schuepbach), Villeneuve-de-Berg (Schuepbach) et Montélimar (groupe Total) seront donc annulées. L’annonce intervient à la veille d’un déplacement de Nicolas Sarkozy à Alès, dans le Gard, et à trois jours de l’examen à l’Assemblée d’un texte PS-Verts sur le sujet.

A la suite de la loi Jacob du 13 juillet dernier, les industriels devaient annoncer quelle technique ils utiliseraient pour explorer et exploiter les ressources non conventionnels. Les dossiers ont été déposés sous les deux mois et le ministère de l’Environnement vient de rendre sa décision.

« Une réplique politicienne » pour Yves Cochet
« On est dans le symbole : c’est une réplique politicienne à notre proposition de loi, pour calmer les populations », a réagi Yves Cochet joint par Metro. Pour le député EELV, à l’initiative du texte, ce « désamorçage » ne suffira pas face à des maires et des habitants inquiets des ravages environnementaux des gaz de schiste, d’autant qu’il ne concerne que trois permis, alors que 64 ont été délivrés.Soixante-et-un autres permis en cours
Selon le ministère de l’Environnement, les détenteurs des 61 autres permis en cours de validité « n’ont pas prévu de rechercher des gaz et huiles de schiste ou y ont renoncé pour se limiter à des gisements conventionnels. Tous ont pris l’engagement formel de ne pas recourir à la fracturation hydraulique. »Insuffisant pour les opposants
Pour la Coordination nationale des collectifs anti-gaz de schiste, cette abrogation est une « première victoire », due à la mobilisation citoyenne mais reste insuffisante. « Nous demandons le retrait de l’ensemble des permis attribués, réagit Maxime Combes, membre de la coordination nationale. Certains concernent l’huile de schiste en Seine-et-Marne, en Picardie. Ils ne sont pas abrogés alors qu’ils nécessitent la même technique. »Générations futures réclame également l’abrogation complète, notamment à Chateau-Thierry (Seine-et-Marne) et à Alès. « Cela interdirait tout retour en arrière opportuniste après les élections du printemps prochain », estime son porte-parole, François Veillerette, dans un communiqué.

Concernant la situation en Seine-et-Marne, Yves Cochet gage que les deux tenors de l’UMP, Jean-François Copé et Yvon Jacob (à l’origine de la loi), implantés dans la région, « vont avoir des réactions locales et vont peut-être demander l’abrogation des permis chez eux ».

http://www.metrofrance.com/info/les-permis-de-gaz-de-schiste-abroges-desamorcage-politique/mkjc!7fO4dwM8Xvxw2/

Algérie : One blog away |
eric fevrier cantonales 2011 |
Le Blog de "l'Africain" |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | tropcesttrop
| LA PHILOSOPHIE (POLITIQUE) ...
| Le défi démo-cratique en Al...