Putes et DSK – nouveau témoignage, mais cette fois la call-girl est richissime et fait partie du monde des winners…

 

 

20111104kristindavis.jpg

 

Kristin Davis, ci dessus, témoigne…

 

Kristin Davis, à ne pas confondre avec l’actrice du même nom, star de « Sex in the city »

Note du claviste : subitemment je m’interroge…

 Les problématiques de cul sont-elles plus complexes que les questions monétaires? …

ll faut que je pose la question à DSK, un expert…    

Une personnalité de poids cette Kristin Davis, surtout par la hauteur de son compte en banque… mère maquerelle, c’est une activité lucrative non soumise à l’impôt sur les bénefs… elle rayonne la Kirstin, sur un réseau de call-girls zunien… Elle affirme que DSK lui a téléphoné à deux reprises sur son portable pour lui demander une call-girl. Il a payé la bagatelle de 1.200 dollars. « Il voulait des filles américaines » dévoile Kristin Davis.

Mais l’une des filles s’est plainte en 2006 du comportement de DSK en affirmant que celui-ci était colérique et agressif. La jeune femme a déclaré qu’elle ne voulait plus jamais le revoir en raison de son comportement.

Kristin Davis, droite dans ses bottes : « J’ai de nombreuses stars parmi mes clients, mais quand l’un d’entre eux abuse d’une femme, je ne protège plus son identité ! »

Quand les enquêtes judiciaires tombent, comme les pluies d’automne sur le petit monde de la prostitution bling-bling, les mères maquerelles sortent couvertes …
Source www.telegraph.co.uk/

 

Version le Parisien

Le visage refait, les lèvres peintes en rose, et la poitrine siliconée, Kristin Davis, une Américaine de 35 ans, ancienne « mère maquerelle » de l’Etat de New York, a livré un témoignage qui vient encore accabler un peu plus Dominique Strauss Kahn. Surnommée « Madame Manhattan » sur la côte est américaine, cette ancienne prostituée à la longue chevelure oxydée a confié jeudi au quotidien anglais le Telegraph, que DSK a été l’un de ses clients pendant l’année 2006. « Lorsque des hommes violentent une femme, je ne protège plus leur identité », a-t-elle expliqué. Elle affirme que cette année-là le directeur déchu du FMI l’a appelée personnellement sur son portable à plusieurs reprises pour réserver plusieurs filles. Il aurait à chaque fois payé la prestation 1200 dollars (environ 900 euros), en liquide, pour deux heures de services dans une chambre d’hôtel. La première fois, « il avait demandé une fille typiquement américaine, une nouvelle recrue, a-t-elle déclaré au quotidien anglais. En janvier 2006, l’une de mes filles s’est plainte, le décrivant comme agressif et coléreux. Elle a refusé de le revoir. » Kristin Davis confie également lui avoir envoyé une prostituée brésilienne en septembre 2006, alors qu’il était de passage à New York pour rencontrer Bill Clinton. « En revenant, elle m’a dit qu’il avait été agressif et m’a demandé de ne plus lui envoyer de nouvelles filles. » Le gouverneur de l’Etat de New York pris dans son réseau Kristin Davis a, elle aussi, connu Rikers Island. Condamnée pour proxénétisme en 2008, elle a passé près de quatre mois derrière les murs de cette prison où DSK était incarcéré depuis lundi soir. Dans sa chute, cette « mère maquerelle », reine d’un vaste réseau d’escort girls pour milliardaires, avait entraîné le gouverneur de l’Etat de New York de l’époque, Eliot Spitzer, 51 ans. Client régulier du club « Emperor’s », ses liens avec ce réseau de prostitution avaient été mis à jour alors que la police New Yorkaise travaillait à son démantèlement. En à peine quarante-huit heures le gouverneur démocrate avait connu une descente aux enfers fulgurante. Accompagné de sa femme Silda, il avait annoncé publiquement sa démission et présenté ses excuses. Ancien procureur au barreau de New York et originaire du Bronx, Spitzer n’a jamais été condamné pour son implication avec le milieu de la prostitution. Elle rêve d’un poste de… gouverneur Cette blonde voluptueuse s’est enrichie grâce à son business d’escort girls. Sur son site internet, elle déclare avoir gagné jusque 5 millions de dollars par an en offrant ses services à « l’élite du monde entier, des célébrités, des politiciens, des sportifs… ». Elle souhaite à présent se consacrer à la défense des droits de la femme et projette d’ouvrir un centre d’aide aux femmes porteuses du virus du sida et aux victimes de violences conjugales. Alors qu’elle défend la légalisation de la prostitution elle « rêve » de faire de la politique et a laissé entendre qu’elle souhaitait être candidate pour les prochaines élections au poste de gouverneur dans l’Etat de New York, en 2013.

www.leparisien.fr

Algérie : One blog away |
eric fevrier cantonales 2011 |
Le Blog de "l'Africain" |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | tropcesttrop
| LA PHILOSOPHIE (POLITIQUE) ...
| Le défi démo-cratique en Al...