Tragique Euroland au bout du rouleau

 

L’Allemagne comme la France va subir un déclassement par les agences de notation

Il va falloir débourser… et pas qu’un peu… pour sauver le capitalisme libéral, démocratique, éthique et équitable… un capitalisme en constant progrès par d’harmonieuses réformes d’harmonisation …. Pour vous autre, braves pommes, vous qui représentez 80 pour cent de la population, ce sera une vie ascétique au sein d’un monde croulant sous la marchandise afin que 2% d’oligarques se goinfrent et qu’encore un bon 18 % préserve le gaspillage et l’aisance que confère l’argent de la rente, ce pognon qui se fabrique toute seul.

Moody’s, menace la France et l’Allemagne. Elle s’aligne sur « les marchés » emboîtant le pas de Standard & Poor’s qui a déjà dégradé « par erreur » la note de l’Hexagone.

Pour Mood’ys, l’absence de « croissance » se traduit par une augmentation de milliards d’euros à décaisser des coffres du trésor de notre douce France. Ils faut donc stopper le « gaspillage hémorragique » des services publics…Et patati et patata, et que je te donne la solution, l’unique la vraie, la seule…

Le Fonds Européen de sauvetage a pris du retard à l’allumage. Caduque et déjà ringardisé par les opérateurs financiers avant sa mise sur orbite, qu’il est, le Fonds salvateur promis, attendu,glorifié

Le Fonds ne parvient pas à lever suffisamment de pognon sur les marchés et l’Italie va plonger.

Paraphrasons Jacek Rostowski, ministre des finances polonais : l’inévitable scénario de l’horreur se présente sous la forme d’une intervention immédiate et illimitée de la BCE, ou se traduira rapidement par des faillites en cascades.

Le chantage du Capital et des agences de notation contraint les pays de d’Euroland à s’engager sur l’une de ces deux voies:

a – Les pays européens se dotent d’un mécanisme financier au dessus de toute législation (dictature économique verrouillée) qui permettra à tous les pays de l’Euroland de verser les intérêts de leur dettes.

En ce cas, les conséquence mécaniques se traduiront par une « politique économique » telle que pratiquée par la junte de Pinochet

b = les bourses du monde procèdent de facto à la liquidation de l’euro.

En ce cas, nous sautons dans l’inconnu.

Ben ouais…! « ils » ont prêté des milliards en monnaie de singe aux différents pays de l’Union européenne, comme aux banques de ces 26 pays. Ils ne croient plus à un possible remboursement au taux convenu hier puisque la quasi totalité de la zone est en récession. Ils refourguent ces dettes pourries à d’autres organismes financiers qui prennent des assurances et des taux d’intérêts usuraires. Ils se démènent comme des diables pour refourguer leurs dettes pourries, par paquets, saucissonnés, réhabilités par de nouvelles garanties…rien n’y fait, les acheteurs boudent. Ils paniquent.

La seule chose qui les motive, ce sont des taux d’intérêt en or massif, soutirés de la sueur du travail, ils ne voudraient pas se faire rouler sur la camelote, se voir grignoter leur pognon par l’inflation avec une BCE qui pratiquerait la même politique que la FED…

Ils éjectent les Papandréou, les Berlusconi. Ils serrent la bride de leur complices politiques, les Merkel, les Sarko…Ils ont pris une ascendance totale sur les nouveaux arrivants tel Lucas Papadémos, (Grèce), Mario Monti, (Italie) Elio Di Roupo ( Belgique) Mariano Rajoy, ( Espagne)…

Mais voilà que le gouvernail ne répond plus. Ils lâchent les gouvernements.

Mais qui sont ces « ils »?

Ce sont les superstructures libéralo-technocratico-robotico-financières mises en place dans les années 80 qui expirent dans une interminable agonie, souvent désignées sous l’appellation génèrique et fourre-tout de « marché » ou  » marchés ».

Ironie de l’Histoire, c’est au moment précis où les politiques des pays dits sociaux démocrates, obéissent aux seules injonctions des « marchés », que le grain de sable de la dette publique et donc la faillite inéluctable du système bancaire enraye la belle mécanique forgée par 30 ans d’ouverture forcée des frontières et de libéralisation des capitaux.

Albert

Algérie : One blog away |
eric fevrier cantonales 2011 |
Le Blog de "l'Africain" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tropcesttrop
| LA PHILOSOPHIE (POLITIQUE) ...
| Le défi démo-cratique en Al...